Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/07/2012

Francofolies : c’est (déjà) l’heure du bilan

francos.jpgFréquentation en baisse mais“niveau artistique exceptionnel”, d’après les organisateurs. 160.000. C’est le chiffre avancé cette année par les organisateurs des Francofolies, Charles Gardier et Jean Steffens, durant la conférence de presse de clôture. Chiffre qui pourrait encore légèrement bouger, puisque lesFrancos , à l’heure d’écrire ces lignes, ne sont pas encore tout à fait terminées et, qui sait, le concert de Jean-Louis Aubert, ce soir sur la place de l’Hôtel de Ville, pourrait même peut-être afficher complet, grâce au temps clément.


Ce serait une première cette année puisque aucun des grands rendez-vous de la semaine n’est parvenu à faire le plein. “On n’en était jamais loin” , précise toutefois Charles Gardier, décidé à faire son bilan sur le mode Tour de France. “Il manquait 300 ou 400 personnes à chaque fois.” Bah, si on veut positiver l’affaire, au moins on pouvait respirer. “Mais nous tenons à dire et redire que si la fréquentation était moins importante – on le reconnaît, et ça ne nous fait pas plaisir, croyez-le bien –, le niveau artistique, lui, était bien présent.” Et d’oser affirmer que, selon lui, c’était peut-être la meilleure édition d’entre toutes. Avant celle qui va célébrer le 20e anniversaire des Francos l’an prochain, évidemment.

La preuve avec quelques-uns de ses coups de cœur, notamment le spectacle exceptionnel de Cali (“Le plus grand moment des Francos, en 19 ans” ). Mwouais. Pour ceux qui ont réussi à voir ou entendre quelque chose. Car il sera aussi, inévitablement, question des couacs qui ont émaillé cette édition. Les scènes bondées qui en ont découragé certains ou la programmation de chanteurs anglais. “Vous êtes nombreux à vous être interrogés sur la présence de Hugh Laurie aux Francofolies” , se justifie Jean Steffens. “On pourrait en discuter longtemps. Mais il se fait aussi que, grâce à lui, on a parlé de notre festival bien au-delà de l’espace francophone. La Flandre s’est intéressée aux Francofolies. Notre but est avant tout de promouvoir les artistes de notre communauté Wallonie-Bruxelles. Si Hugh Laurie peut aider à mettre un coup de projecteur, pourquoi pas ?”

Un effet qui devrait même quasiment être quantifié, grâce à une très sérieuse étude qui vient d’être lancée par le ministre Marcourt et qui va tenter de mettre des chiffres sur l’interaction qu’il y a entre l’économie et le festival. En d’autres mots, à quel point les Francos génèrent un impact sur l’économie. La réponse est attendue au plus tard pour la 20e édition. Voilà qui tombe plutôt bien, non ?


Isabelle Monnart

Les commentaires sont fermés.