Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/07/2010

Les Ardentes ont vibré pour Babyshambles

pete4.jpgIl suffisait de se promener deux minutes dans la foule des festivaliers pour comprendre rapidement que la majorité d'entre eux étaient là pour Babyshambles, arborant des T-Shirts à l'effigie du chanteur Peter Doherty. Des rumeurs avaient circulés quant à la possible annulation du groupe. Peter Doherty ayant annulé un concert en France deux jours auparavant. Mais nous voilà rassurés aux alentours de 17h30, le trublion anglais est arrivé en backstage. Tout le monde souffle. Il y aura bien un concert de Babyshambles sur la grande scène des Ardentes!

Lire la suite

09:29 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2010

Julian Casablancas, année zéro

julian.jpgVoilà bien près de huit ans que Julian Casablancas, le brun ténébreux des Strokes, n’avait plus foulé le sol belge. Il nous revient avec un album solo, Phrazes for the young , qu’il présentait sur la scène des Ardentes jeudi soir. Julian nous est apparu sobre, drôle et sympathique. Un mec simple et posé, aux antipodes du torturé charismatique et autodestructeur qu’il était au sein des Strokes.

Lire la suite

10:51 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2010

Julian Casablancas place la barre haut aux Ardentes

IMG_7103[1].jpgLes Ardentes ont démarré en force, jeudi, aux halles des foires de Coronmeuse, à Liège. En tête d'affiche: Cypress Hill, Missy Elliott et Julian Casablancas, leader des Strokes. Le new-yorkais n'était plus revenu en Belgique depuis huit ans - à croire qu'il nous boudait. Le concert des Ardentes était donc une occasion rare pour les fans du chanteur.

C'est sous une chaleur aussi torride que celle de Werchter que le festival liégeois a donné son coup d'envoi. Les festivaliers ont donc pris leur temps pour fouler le sol de la scène principale.

Lire la suite

01:26 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (1)

07/07/2010

Le blues américain des Black Box Revelation

blackbox.jpgA l’écoute, impossible de dire de ce duo qu’il est belge. Les Black Box Revelation ont beau venir de Bruxelles, ils font sonner rock et blues à l’américaine. Aussi bien sur scène qu’en studio, le groupe est en constante évolution, allant chercher toujours mieux ailleurs. Leur second album Silver Threats vient de sortir et les deux Bruxellois le présenteront aux Ardentes le samedi 10 juillet. Ce sera rock’n roll à Liège sur le coup de 18h!

Lire la suite

16:59 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (1)

20/07/2008

Les Ardentes iront au paradis

La dernière journée du festival liégeois affichait sold out grâce à une sélection de qualité

LIÈGE "On ira tous au paradis."

Ouaip, et si c'est Daniel Darc qui le chante, on s'en réjouit. "En fait, c'est assez flippant, on va se retrouver avec les mêmes enc... qu'ici ?"

Sous cet angle, O.K. Mais si on restreint le monde aux Ardentes d'hier, on signe, nous. Jugez plutôt : avec Daniel Darc, Arno, Yoav, Nada Surf, Dionysos, Bashung et les Dandy Warhols, il doit y avoir moyen de faire une sacrée fiesta. Et tout ce beau monde, entre autres, était réuni hier dans une ambiance que l'on dit à nulle autre pareille. Ce serait lié à la principauté, paraît-il.

Et les organisateurs sont également au paradis malgré une météo qui aurait pu les déstabiliser. Finalement, boues et pluies n'auront pas forcé les candidats festivaliers à faire demi-tour sur l'autoroute. Au contraire, en devant étendre le camping dont la capacité est passée de 2.000 à 3.000 places, en envisageant d'agrandir les scènes l'année prochaine, ils sont ravis. Sold out dimanche (et vendredi, c'était Soldout, le groupe), les Ardentes peuvent se prévaloir d'une fréquentation qui aura frôlé les 15.000 spectateurs chaque jour.

Le summun, c'était donc hier avec les entrées en scène sympathiques et festives de Puggy, Saint-André et Monsoon, les petits régionaux de l'étape du jour (les gros, ce sont les Girls in Hawaii et Arno qui étaient programmés bien après).

C'est armé de sa seule guitare et d'une pédale à effets que Yoav, cet artiste sud-africain qui cartonne avec Adore Adore ou Club Thing au point de susciter un engouement très international, a investi l'HF6, la scène couverte. Après un soundcheck où il se présentait tout aussi seul sans vraiment qu'on sache si le show avait vraiment commencé, le gaillard a réussi à accueillir un public de plus en plus large au fil des chansons avec ce son éclatant, cette façon de frapper sa guitare pour l'utiliser comme une caisse de résonance et en faire des loops . Brillant. Et comme la voix et le physique suivent, il devrait faire fondre quelques coeurs...

Comme Nicole Willis et ses Soul Investigators qui ont ce son Motown qu'Amy Winehouse ne renierait certainement pas. Mais comme l'Américaine est en meilleure forme que la tox la plus connue de l'industrie musicale, le show en valait forcément la peine.

Celui de Nada Surf, également, avec évidemment I'm Popular exécuté en fin de set. Le trio, dont les deux frontmen maîtrisent parfaitement le français, sait communiquer pour faire bouger une scène.

Tout autre genre avec Daniel Darc. Si c'est son guitariste qui s'est cassé le premier la gueule sur scène, on ne peut que se réjouir que l'état de l'ex-Taxi Girl lui ait permis d'assurer un show, certes un peu titubant mais l'oeil aussi vif que rouge. Et pendant ce temps-là, Bashung prenait un Coca Light . Si l'on en croit son pote... Talent, charisme.

Comme l'ami Arno qui avec Oh La La La ou Putain Putain et les Filles du Bord de Mer a configuré parfaitement la fin de son set pour qu'il se prête au lieu où il était joué. On ne se lasse pas... En do uceur et profondeur...

Les Girls in Hawaii, de leur côté, ont été égaux à eux-mêmes. On ne se lassera pas non plus rapidement de Plan your Escape .

Et dire qu'il restait encore Dionysos et The Dandy Warhols pour clore ce qui restera un excellent cru.

Basile Vellut

15:40 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Des rayons de soleil dans la boue

Les Ardentes ont vécu leur troisième journée hier 

LIÈGE Il était près de 22 h 30 hier quand Mike Skinner, après avoir bien chauffé la foule, l'avoir testée pour savoir si elle serait docile et participative se lança : il demanda aux spectateurs placés devant lui de s'écarter, de se séparer pour qu'il puisse avoir un chemin par lequel courir pour arriver à la console son. Et, après mille excuses pour son français bafouillant, de bien vouloir le ramener sur scène sans que ses pieds ne touchent le sol. Mission accomplie pour le public qui a réservé un bel accueil à cet entertainer très en forme.

Dans le même temps, mais dans un registre bien différent, Cédric Bixler et Omar Rodriguez Lopez et six de leurs potes - dont un batteur époustouflant, brisant ses baguettes en tapant comme un sourd - ont joué un set de plus de deux heures, portant leurs chansons jusqu'à la frénésie, ne les lâchant qu'au dernier moment, comme si leur temps de vie - de minimum dix minutes - était trop court. Psyché, funk, jazz, hardcore : le registre des Américains est confondant mais quelle puissance et quelle virtuosité !

Avant eux, on pouvait se demander si Alison VV Mosshart et Jamie Hotel Hince, alias The Kills, étaient devenus moins vénéneux que précédemment, s'ils étaient moins sulfureux que quand le monde les a véritablement découverts avec Now Wow un troisième album tripant. Ou est-ce simplement le fait que le duo se lasse un peu de son show qui suinte le sexe et le rock and roll ?

Même cette omniprésente boîte à rythme lasse un peu. Elle est parfois tranchante et décapante, basique et incontournable tant elle donne le ton mais elle est également parfois lassante, sans ingéniosité.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, c'était la première grosse affluence de la journée hier aux Ardentes. Et U.R.A Fever, Get Down, Night Train tirés de Midnight Boom font toujours mouche. Comme l'incroyable The Good Ones . Cinquante minutes et c'était pesé, emballé.

Liars, juste avant, avec le dégingandé Angus Andrew aura été hypnotique, strident, puissant. Sans concession même les New-Yorkais émigrés à Berlin ont déjà été bien plus expérimentaux. Quarante minutes pour convaincre. Pari réussi.

Le même laps de temps était imparti à Spiritualized. Jason Pierce, puisqu'il est la véritable identité, de ce groupe s'était entouré d'un bassiste, un guitariste, un claviériste, un batteur et de deux chanteuses au choeur.

Tirant, notamment, Soul on Fire et Sweet Talk , il aura, sans forcer, essayé de ranimer un public encore enroué. Espérons que Songs in A&E , son dernier album, obtiendra un meilleur accueil. Il le mérite, en tout cas.

Basile Vellut

15:40 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Soldout fait son retour aux Ardentes

73e745a6c78e93b45f02c99b0ced1fab.jpgL'électro était à l'honneur pour cette deuxième journée


LIEGE Pour le deuxième jour du festival liégeois, le soleil était de la partie. Les jeunes adeptes de la techtonik se sont rués aux Ardentes ce vendredi pour venir danser au son de Yelle. La révélation électro-pop 2007 était particulièrement en forme. Après avoir mis le feu à l'orangerie dans le cadre des Nuits Botanique, la chanteuse a enflammé la foule liégeoise. Débordante d'énergie, Yelle a captivé son audience, ravi les fans et amusés les autres.

Mais le moment le plus attendu de la journée était le grand retour de Soldout. Absent des scènes depuis 3 ans, le duo belge présentait des morceaux du prochain album « qui devrait sortir dans le courant de l'année 2009 » d'après Charlotte, la jolie brune. Commençant d'emblée avec leur tube « We are soldout », David et sa comparse ont su garder l'attention du public tout au long du concert, livrant un show électronique de qualité. Aux premières notes de « I don't want to have sex with you », le public se lâche, impossible de ne pas hurler, danser, sauter. Les nouveaux morceaux sont le présage d'un deuxième album réussi. « I wan't wait » et « You're different » clôturaient le set, laissant un public radieux et prêt à danser toute la soirée.

Mailys Charlier

15:35 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)