Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/05/2011

Trois nouveaux noms viennent compléter l'affiche de Couleur Café

cc.jpgDJ Shadow, Kid Koala et Calle 13 viennent compléter l'affiche de l'édition 2011 de Couleur Café, ont annoncé jeudi les organisateurs, dans un communiqué. Le festival aura lieu du 24 au 26 juin, sur le site de Tour&Taxis.
Le vendredi, le public applaudira IAM, Selah Sue, Patrice et Ziggy Marley, le fils de Bob Marley, qui se produiront sur la scène "Titan". Absynthe Minded, Method Man & Redman, Suarez, Janelle Monáe seront également à l'affiche sur les autres scènes.

Lire la suite

12/05/2011

Cinq nouveaux noms à Couleur Café

ziggy.jpgTous les artistes se produisant sur la scène principale de l'édition 2011 de Couleur Café ont été confirmés. Avec les cinq nouveaux noms annoncés Ziggy Marley, Ghostpoet, Irma, Ziggi Recado et Keny Arkana, l'affiche est presque complète, indiquent jeudi les organisateurs précisant que les deux derniers noms pour la scène "Univers" seraient bientôt connus. Couleur Café aura lieu cette année du 24 au 26 juin.

Lire la suite

25/06/2010

Olivia Ruiz efface ses complexes

olivia.jpgAvant d’enchanter Couleur Café, Olivia Ruiz sort Miss Météores live. La tournée d’Olivia Ruiz s’achève doucement, même si elle reviendra encore au festival Couleur Café. Déjà sort Miss Météores live, un album enregistré au Zénith de Nantes le 12 décembre 2009, qui reprend l’essentiel de ses trois albums dont la reprise de Diamonds are a girl’s best friend. “Je suis très contente du résultat. En plus, ça m’a donné l’occasion de revoir mon premier live Chocolat Show”, explique Olivia.

Lire la suite

20/07/2008

Zouk et reggae après le rap

Seconde soirée bien chargée à Couleur Café


BRUXELLES Entre 20.000 et 25.000 personnes vendredi, malgré des températures très basses pour la saison. Samedi, les organisateurs estimaient l’affluence à plus de 25.000. Quoi qu’on en dise et en attendant les concerts de ce dimanche soir, l’édition 2008 de Couleur Café est déjà un grand cru.

Les choses ont démarré gentiment vers 16 h 30 avec, sous le plus petit des trois chapiteaux, Osman Martins suivi une demi-heure plus tard et quelques mètres plus loin par Omar Perry, l’une des premières têtes d’affiche.

Omar Perry est le fils de Lee Scratch Perry, le pape du reggae jamaïcain. Grâce à papa, qui connaissait bien Bob Marley, Omar grandit tout naturellement dans ce courant musical et dans les volutes hallucinogènes. Après avoir mixé, le rejeton ne s’est décidé à sortir un premier disque qu’en 2008, qu’il a bien évidemment mis en valeur hier soir. Coiffé de dreadlocks interminables, il a ouvert le bal d’une soirée dédiée aux artistes reggae, après un vendredi soir davantage tournée vers le hip-hop avec MCSolaar, Kery James et Orishas.

Du reggae, à l’image d’un Bernard Lavilliers qui puise dans les rythmes des îles pour poser ses textes contestataires. Vêtu de noir et tenant à afficher sa boucle d’oreille de rebelle, le séducteur Bernard a montré, entre 18 h et 19 h 15, qu’il aimait provoquer. “Je vais vous dire tout le bien que je pense de M. Sarkozy”, a-t-il lâché en guise d’un introduction à son morceau Bosse. Le petit Bernard a aussi bien grandi et ses prières d’enfant ont quelque peu évolué lorsqu’il demande à “notre père qui êtes aux cieux, restez-y”.

Entre les messages anticonformistes et tâchés de rouge communiste – il a pris la carte du parti en 1963 –, il y a le répertoire de l’artiste. Stand the ghetto (Si tu danses reggae), Noir et Blanc ou encore Melody Tempo Harmony sont autant de tubes qui rameutent la foule sous la scène Titan.

Tiken Jah Fakoly, le Bob Marley ivoirien, a connu un vrai triomphe lors de son passage en octobre dernier à l’Ancienne Belgique. Ceux qui y étaient ont encore en mémoire sa version toute belge de Mon pays va mal devenu la Belgique va mal. Rebelote hier soir lorsque l’artiste, dont le t-shirt laissait apparaître le symbole du lion rasta, fit prendre conscience que les choses ne peuvent évoluer positivement que lorsqu’on prend ses responsabilités.

Avec six albums, Tiken Jah a du matériel en stock pour mettre les festivaliers à ses pieds. Son dernier opus, L’Africain, est d’ailleurs le plus vendu de tous. Il faut dire que pour séduire la francophonie, il a proposé des featurings à Soprano et Akon, rappeur US d’origine sénégalaise.

Le reggae de Tiken Jah fut un régal et arriva sans contestation aucune à la hauteur du zouk du groupe Kassav, qui le précéda deux heures auparavant. En digne ambassadeur des Antilles, Kassav s’est offert l’opportunité de démontrer que le zouk n’est pas mort. Les visages de Jocelyne Beroard et Jacob Desvarieux sont à jamais liés à ce style musical chaud et sensuel, même si les textes de Kassav sont plus sociaux. Sous le chapiteau, on danse malgré tout et on transpire. Les rafales se multiplient. Où donner de la tête lorsque Tombé leta cotoie Wep, Sye Baw, Eva et les titres de leur dernier album sorti en 2007.

La soirée ne fit pourtant que commencer puisqu’après le feu d’artifice, tiré à partir des toits de Tour et Taxis, Arsenal et Los Van Van furent appelés sur scène. Le premier groupe – des gars de chez nous – n’est désormais plus confiné dans l’underground puisqu’il a même un public aux USA. Leur live fut un des temps forts de la 19e édition de Couleur Café. Tout comme celui de Los Van Van, un groupe cubain née il y a 40 ans, à l’époque des Rolling Stones.

Karim Fadoul

Premières charges à Couleur Café

44dbd1121b56f31d840fd7a937b99912.jpgLe festival a démarré en force hier avec MCSolaar, Kery James, Erikah Badu et Orishas

BRUXELLES Les scènes rap d'hier et d'aujourd'hui ont conquis le public de la 19e édition de Couleur Café. Le festival, qui se tient jusqu'à dimanche sur le site de Tour et Taxis à Bruxelles, a démarré en force, hier, sur les coups de 18 h 30, avec les premières charges musicales venues de Kery James. Le rappeur n'a pas mis longtemps avant de faire sauter les centaines de personnes venues l'acclamer. Une prestation détonante qui a mis tout le monde d'accord.

Kery James a d'abord fait partie du groupe Ideal J avant de se lancer en solo. Dans le monde du hip-hop hexagonal, celui-ci, qui revendique sa confession musulmane, fait un peu office de grand frère de par ses textes durs qui décrivent la condition des habitants des cités et conseillent à s'élever. Sur scène, ses paroles sont applaudies.

Exemple avec L'Impasse , tiré de son dernier album, qui conte de façon abrupte les risques que courent les ados qui souhaitent arrêter l'école pour dealer. Ou encore Pleure en silence qui s'adresse à tous ceux qui souffrent "car il n'y a pas que dans les ghettos qu'on souffre".

Avec Kery James, l'atmosphère est sombre. Cependant, sur plusieurs morceaux, il parvient à faire jumper la foule. Beaucoup se souviendront de la puissance de Foolek (Dingue dans l'argot des cités), de Hardcore, de C'est la guerre. Reste que le morceau le plus attendu fut Thug Life, sa carte de visite, qui passe de l'amertume à l'espoir.

Kery James représentait en quelque sorte la scène rap d'aujourd'hui. Sur une autre scène, MC Solaar faisait figure d'icône. De retour en 2007 avec l'album Chapitre 7, Claude M'Barali a rapidement plongé les festivaliers dans les premières heures de gloire du rap. Caroline, Bouge de là, Victime de la mode, Nouveau Western... Une époque au cours de laquelle le bling-bling restait une notion inconnue. Depuis, les choses ont changé. MCSolaar aborde ces mutations dans ses dernières compositions telles Clic clic, Ben oui et Da Vinci Claude. Respect !

Après ces entrées en matière, concerts et animations ont véritablement battu leur plein aux quatre coins de Tour et Taxis, entre les cuivres de l'Orchestre National de Barbes et la douceur d'Asa. En attendant la suave Américaine Erikah Badu et les Cubains d'Orishas.

Karim Fadoul

09/05/2008

MC Solaar, le soleil du rap

Le 20 février, MC Solaar revenait en Belgique pour un show live, à l'Ancienne Belgique, qui en a marqué plus d'un dans le public. Le rappeur sera de passage une nouvelle fois cette année à Bruxelles lors du festival Couleur Café. MC Solaar, c'est un peu le pape de hip-hop français. Ses premiers succès datent de la fin des années 80. Bouge de là et Caroline s'affichent à la première place des incontournables de la musique urbaine. Depuis, les années ont passé, la nouvelle génération a pris le dessus mais Claude M'Barali n'a toujours pas pris sa retraite. Chapitre 7, son dernier album, est un condensé de poésie qui aborde des thèmes actuels comme la mondialisation, l'exclusion ou encore la télé-réalité. Actuellement, MC Solaar travaille sur la comédie musicale Rabbi Jacob. Il a déjà signé le titre d'ouverture de ce grand spectacle tiré du film de Louis de Funès.

Kery James... en attendant Couleur Café

La rappeur Kery James sera la scène du festival Couleur Café le vendredi 27 juin. Kery James est issu d'une catégorie à part dans le monde du hip-hop. Converti à l'islam, il est qualifié de rappeur prédicateur. Ses textes s'apparentent à des prêches qui ont pour but d'éveiller les consciences des jeunes des cités. Preuve avec son quatrième album solo, A l'ombre du show-business. Emprunt d'ouverture dans la vraie vie, Alix Mathurin, son vrai nom, a également partagé le micro avec toute une série de collègues chanteurs: cela va de Zaho, à Zap Mama en passant par Grand Corps Malade et même, excusez du peu, Charles Aznavour. Titre-phare du CD, Banlieusards dont le clip met en avant une foule de personnalités issues des banlieues. Une vraie merveille...